Renforcement des systèmes de santé et des politiques de lutte contre les maladies infectieuses - Session 2020

Un défi à l’heure de la Covid-19 pour les pays d’Afrique sub-saharienne

Formation en économie de la santé à l’intention des pays francophones d’Afrique au sud du Sahara - Session 2020.

Avec le soutien du Gouvernement Princier de Monaco et en partenariat avec l'Institut Bioforce, la Ferdi propose une nouvelle session de formation en économie de la santé qui se tiendra à Dakar pour l'édition 2020. Jacky Mathonnat est responsable de cette formation.

La formation proposée est destinée à des acteurs publics et privés issus de pays francophones d’Afrique au sud du Sahara concernés par le secteur de la santé, que cela soit au niveau national, régional ou des districts. Elle est également ouverte à des participants venant de secteurs importants pour la santé, tels que par exemple, les ministères des finances, du travail et des affaires sociales, de l’intérieur, de l’hydraulique et de l’aménagement du territoire. 

Situations sanitaires préoccupantes et choc de la Covid-19

Depuis l’adoption en 2000 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), d’importants progrès ont été réalisés en matière de santé dans les pays d’Afrique sub-saharienne comme dans la plupart des autres pays en développement (baisse du taux de mortalité infanto juvénile, baisse du ratio de mortalité maternelle, hausse de l’espérance de vie à la naissance…). 

Pourtant, la situation sanitaire reste préoccupante en bien des domaines: 

  • Le poids des maladies infectieuses reste important : sur les 10 premières causes de la charge globale de la maladie dans les pays en développement, quatre restent liées aux maladies infectieuses (maladies diarrhéiques, paludisme, infections des voies respiratoires inférieures et VIH/ sida) malgré l’engagement d’une transition épidémiologique avec une forte croissance des maladies non transmissibles ; 
  • Les dépenses de santé par habitant (de l’ordre de 80$ en moyenne pour 2017) restent faibles et suffiraient juste pour permettre le fonctionnement correct du premier niveau des systèmes de santé : si l’aide à la santé per capita a plus que triplé de 2000 à 2017 -atteignant un pic en 2013-, l’âge d’or du financement international est terminé ; 
  • La pandémie de la Covid-19 exerce des contraintes sur les économies africaines, sur leurs systèmes de santé et sur la demande de soins des ménages. Ce contexte particulièrement délicat rend encore plus complexe l’atteinte de l’ambitieux Objectif 3 des Objectifs de Développement Durable (ODD), « Assurer une vie en bonne santé et promouvoir le bien-être pour tous à tout âge » que les États ont adopté en 2015. 

Après les épidémies d’Ebola et de Zika, la pandémie de la Covid-19 confirme la vulnérabilité des systèmes de santé africains à des chocs extérieurs et l’urgence de les renforcer et d’en accroître la résilience.

Objectifs de la formation

  1. Acquérir des connaissances spécialisées et des compétences spécifiques afin d’analyser avec rigueur les défis auxquels sont confrontés les systèmes de santé des pays d’Afrique subsaharienne, ceci en tenant compte de la complexité de leur environnement et des conséquences de la Covid-19 ;
  2. Répondre à ces défis en contribuant avec le recul nécessaire au renforcement et à l’amélioration de la résilience de ces systèmes par la prise de décisions techniquement argumentées, économiquement faisables, politiquement et socialement acceptables.

Programme

La formation présente l'originalité de comporter deux volets :

  • un premier volet à distance du 2 novembre au 5 décembre 2020
  • un second volet en présentiel du 14 au 18 décembre 2020

Chaque partie du programme fera largement appel à l’analyse d’interventions/stratégies issues des politiques suivies par les États.



VOLET À DISTANCE
du 2 novembre au 5 décembre 2020 - 3 modules intéractifs et tutorés • 30 heures

1/  Renforcer les systèmes de santé et accroître leur résilience pour mieux lutter contre les maladies infectieuses dans un environnement sous fortes tensions (Jacky Mathonnat) : diversité et complexité des contraintes de court et moyen terme engendrées par la Covid-19; stratégies de financement de la santé et Covid-19; politique intersectorielle et cadre macroéconomique; ressources humaines en santé; maladies infectieuses et nouvelles priorités pour la couverture universelle en santé;

2/ Efficience des interventions en santé dans un contexte de ressources limitées (Martine Audibert): priorités de santé - enjeux éthique, économique et social; analyse coût-efficacité incluant l’analyse des coûts et les critères de résultats; ratio coût-efficacité différentiel; impact budgétaire; étude de cas: Covid-19 une priorité de santé publique? Coûts économique et social direct et indirect
de la pandémie;

3/ Maladies infectieuses et développement économique (Josselin Thuilliez): l’impact des maladies (dont la Covid-19) sur les facteurs économiques (éducation, participation au marché du travail, revenu, fécondité); méthodes d’évaluation (incluant les essais randomisés contrôlés); épidémiologie économique: intégrer les comportements dans l’évaluation et la compréhension des épidémies et des pandémies dont la dernière en date, la crisede la Covid-19.

VOLET EN PRÉSENTIEL
du 14 au 18 décembre 2020, Dakar - Report au 1er trimestre 2021 si la situation sanitaire l’impose
  • sur la base des acquis et avec les intervenants de la phase à distance: approfondissements méthodologiques et compléments thématiques
  • dans une perspective de prise de décisions opérationnelles concernant le renforcement et la résilience des systèmes de santé : études de cas et jeux de rôle

Certification

Les auditeurs ayant satisfait les exigences de l’évaluation portant sur les deux volets du programme se voient délivrer à l’issue de la formation le certificat des « Hautes études en développement durable », mention « Économie de la santé dans les pays en développement ».

Frais d'inscription

Les frais d’inscription sont de 2.700 euros par auditeur et pour les deux volets, volet à distance et volet en présentiel à Dakar (ce montant comprend les cinq déjeuners de la semaine de formation ; aucun per diem n’est accordé).

Bourses du Gouvernement Princier de Monaco

Des bourses du Gouvernement Princier de Monaco seront accordées aux meilleures des candidatures déclarées recevables, sur la base de la qualité des profils des candidats et des motivations exprimées. Les autres candidatures déclarées recevables seront invitées à prospecter la prise en charge de leur participation à la formation auprès d’autres partenaires.

Contacts

PHILIPPE MESSÉANT
Administrateur, IHEDD
+33(0)4.73.17.75.33 (ou 35)
philippe.messeant@ferdi.fr

CHLOË HUGONNENC
Chargée ingénierie de formation, IHEDD
+33(0)4.73.17.74.33
chloe.hugonnenc@ferdi.fr

Partners

  • Principauté de Monaco
  • Bioforce