Migrant remittances are 2.5 times higher than official development assistance

Abstract

An interview with Fédéric Docquier, Professor of Economics at the Catholic University of Louvain and Senior Fellow at FERDI. Migrant remittances are 2.5 times higher than official development assistance Ferdi: In this day and age, what do migrant remittances mean for the world?Frédéric Docquier: In the 1970s, the total spent on development assistance was 62.2 billion dollars, while migrant remittances accounted for 12.4 billion dollars. Today, these remittances have risen to 514 billion dollars, which is 2.5 times higher than official development assistance. Therefore, they are a real godsend. It is important to note that over the last ten years, remittances have almost doubled, a growing trend that is largely due to the economic crisis.While around 70% of these global remittances go to developing countries, there are still considerable disparities between country groups. In middle-income countries (MICs), remittances are five to seven times higher than foreign aid. In the least developed countries (LDCs), they account for only 60% of assistance.In absolute terms, India is in the lead, receiving 53 billion dollars in remittances in 2010, followed by China with more than 33 billion, Mexico, the Philippines, Nigeria and Egypt. In relative terms, things are different. In Tajikistan, for example, migrant remittances account for 40% of GDP. That’s huge! They account for 28% of GDP in Lesotho and 25% of GDP in Kyrgyzstan. In relative terms, it is the poorest countries in the Soviet bloc, countries in the Middle East and various small developing islands that receive the most. Ferdi: How does migration affect these remittances? Frédéric Docquier: The number of international migrants rose from 92 million in 1960 to 211 million in 2010, with higher rates of emigration in MICs than in poorer countries. This can be put down to financial constraints and explains in part why LDCs receive less in remittances than MICs. However, the development of migratory flows alone cannot explain these changes. The average sum sent by each migrant rose from 118 dollars per year in 1970 to 2,583 dollars in 2011. This can be attributed to a number of factors: an increase in income gaps between rich and developing countries, the changing composition of migration, lower transaction costs and a greater share of remittances recorded in the balance of payments.The development of international migratory flows will continue to influence that of remittances. Since the Second World War, the number of international migrants has risen at a rate resembling that of the global population, at around 3%. However, in OECD high-income countries, the proportion of individuals born abroad has risen on average from 4.6% to 10.9%. At the same time, the proportion of immigrants from developing countries has rocketed from 1.5% to 8%. Immigration has become a major issue in the countries of the North and migratory pressure is set to escalate over the next few decades. Ferdi: What influence do income gaps have?Frédéric Docquier: Remittance dynamics are clearly affected by economic and demographic disparities between regions. The development of income gaps is as much governed by these disparities as it is by incentives for migrating. Particularly in sub-Saharan Africa, whose share of the world population should triple over the course of the twenty‑first century. For historical and geographical reasons, Europe is the main destination for African migrants. Whether economic disparities between Africa and Europe worsen or remain stable, the number of people migrating to Europe should naturally increase over the course of the twenty‑first century. These changes will be affected by geopolitical developments around the world. In addition, several emerging countries have partially converged with high-income countries since the 1980s. Potential for development in China and India, combined with the development of migratory policies in these countries, will influence migratory pressure on Europe as well as the size and structure of migrant remittance flows. Ferdi: You have developed a quantitative model for forecasting migratory flows and migrant remittances. What are the prospects for migratory flows?Frédéric Docquier: The proposed model involves 195 countries and covers the global economy for the 2000-2010 period. The baseline scenario extrapolates trends from the last thirty years and assumes a significant rise in the average level of factor productivity in BRICS countries (from 30% to 87% of the level in the United States). China and India’s share of aggregated global revenues will thus increase from 17.1% to 45.7% over the course of the twenty first century. By contrast, it banks on a drop in relative productivity in sub-Saharan Africa (from 23.6% to 16.6% of the level in the USA). In other words, this scenario forecasts that growth will be greater in BRICS countries and weaker in sub‑Saharan Africa than in rich countries.In this scenario, Africa’s share of the adult population will rise from 7.1% in 2000 to 20.4% in 2100, while the European Union, China and India’s shares will fall. In the event that immigration policies remain unchanged, the average proportion of migrant adults in the world will rise from 3.5% to 4.5% in the twenty-first century. But these rates hide strong disparities between regions. The United States, Japan, Switzerland, South Africa, Canada and Australia will see a slight drop in immigration. Migratory pressure on these countries will be mitigated by the economic take-off in China and India, which were previously emigration countries.On the other hand, Europe and emerging countries should see a huge rise in the rate of immigration. In the EU-15 in particular, the rate of immigration will be 2.3 times higher in 2100 than in 2000. In terms of demand, Europe could become more attractive thanks to the convergence of total factor productivity and income with the United States. More importantly, in terms of supply, the increase in income gaps across sub-Saharan Africa and the EMEA region will increase pressure to migrate to Europe. In all eventualities, the brain drain in Africa and the EMEA region is expected to worsen. Ferdi: What will be the impact on remittances?Frédéric Docquier: In the extreme event that there is a constant tendency to send money, the share of remittances in GDP would increase from 2.2% to 12.6% in low‑income countries and from 2.5% to 8% in LDCs. On average, the share would be multiplied between 2 and 2.5 times in all developing regions, except for in Latin America and the Caribbean, where it has become stagnant. If the remittance rate falls with emigration (as suggested in empirical studies), the share of remittances in GDP would increase from 2.2% to 5.4%. The remittances will gradually become less of an important resource for China and India. Contrary to this, the ratio of remittances as a share of GDP will increase for a large number of countries such as Tajikistan, Nepal, Bangladesh, the Philippines, Jordan, Morocco, El Salvador, Guatemala and even Mexico. Remittances will continue to be a major source of financing for low-income countries. And they will be more of a source of revitalisation than ever before. Ferdi: To what extent could funds sent by African migrants contribute to the development of the continent?Frédéric Docquier: The impact of remittances on development remains a controversial topic. The majority of empirical studies have demonstrated that their impact on growth is weak and of no significance. This is because remittances are for the most part spent and not invested as productive capital. However, the increasingly accepted viewpoint is that migrant remittances reduce extreme poverty in LDCs. If economic convergence does not take place between rich and poor countries (the assumption made in my baseline scenario), the role played by international remittances in the fight against extreme poverty will be of even more importance in the decades to come. Interview conducted by Christelle Marot

Les transferts de migrants représentent 2,5 fois l’aide publique au développement  

Ferdi : Que représentent aujourd’hui les transferts de migrants dans le monde ?

Frédéric Docquier : Dans les années 70, le montant de l’aide au développement atteignait 62,2 milliards de dollars, tandis que les transferts de migrants représentaient 12,4 milliards de dollars. Aujourd’hui, ces transferts se montent à 514 milliards de dollars, c’est à dire 2,5 fois l’aide officielle. C’est donc une manne considérable. Il faut noter que ces dix dernières années, les transferts ont plus que doublé, la crise a largement accru cette tendance.Si près de 70% de ces transferts mondiaux sont à destination des pays en développement, de fortes disparités subsistent selon les groupes de pays. Dans les pays à revenu intermédiaire (PRI), les transferts sont 5 à 7 fois plus importants que l’aide étrangère. Ils représentent seulement 60% de l’aide dans les pays les moins avancés (PMA).Dans l’absolu, c’est l’Inde qui arrive en tête avec 53 milliards de dollars de transferts reçus en 2010, suivie de la Chine avec plus de 33 milliards, du Mexique, des Philippines, du Nigeria et de l’Egypte. En termes relatifs, les choses sont différentes. Au Tadjikistan par exemple, les transferts de migrants représentent 40% du PIB. Ce qui est énorme ! C’est environ 28% du PIB au Lesotho, 25% du PIB au Kyrgyzstan. En termes relatifs, ce sont les pays les plus pauvres du bloc soviétique, les pays du Moyen Orient et quelques petites îles en développement qui reçoivent le plus.

Ferdi : De quelle manière la migration affecte ces transferts ?

Frédéric Docquier : Le nombre de migrants internationaux est passé de 92 millions en 1960 à 211 millions en 2010. Avec des taux d’émigration plus élevés dans les PRI que dans les pays les plus pauvres. Cela peut être dû à des contraintes financières et explique en partie pourquoi les PMA reçoivent moins de transferts que les PRI. Toutefois, l’évolution des flux migratoires ne peut expliquer seule ces changements. Le montant moyen envoyé par chaque migrant est passé de 118 dollars par an en 1970 à 2 583 dollars en 2011. Plusieurs facteurs peuvent être avancés : la hausse des disparités de revenus entre pays riches et en développement, la composition changeante de la migration, des coûts de transaction plus bas et une plus grande part de transferts enregistrés dans la balance des paiements.L’évolution des transferts restera marquée par celle des flux migratoires internationaux. Depuis la seconde guerre mondiale, le nombre de migrants internationaux a augmenté à un rythme semblable à celui de la population mondiale, c’est à dire autour de 3%. Toutefois, dans les pays à hauts revenus de l’OCDE, la proportion d’individus nés à l’étranger est passée, en moyenne, de 4,6% à 10,9%. Dans le même temps, la proportion d’immigrés originaires des pays en développement a grimpé de 1,5% à 8%. L’immigration est devenue un sujet majeur dans les pays du Nord et la pression migratoire devrait s’intensifier dans les prochaines décennies.

Ferdi : Comment pèsent les inégalités de revenus ?

Frédéric Docquier : Les dynamiques de transferts sont évidemment affectées par les disparités économiques et démographiques entre les régions. Ces disparités gouverneront l’évolution des inégalités de revenus autant que les incitations à migrer. Notamment en Afrique subsaharienne, où la part dans la population mondiale devrait tripler au cours du 21ème siècle. Pour des raisons historiques et géographiques, l’Europe est la principale destination des migrants africains. Si les disparités économiques entre l’Afrique et l’Europe s’aggravent ou se maintiennent, le nombre de candidats à la migration vers l’Europe devrait « mécaniquement » augmenter au cours du 21ème siècle.Ces changements seront affectés par l’évolution géopolitique mondiale. Ainsi, plusieurs pays émergents ont partiellement convergé vers les pays à hauts revenus depuis les années 80. Les perspectives de développement en Chine et en Inde, combinées avec l’évolution des politiques migratoires dans ces pays, vont affecter la pression migratoire vers l’Europe ainsi que la taille et la structures des flux de transferts de migrants.

Ferdi : Vous avez élaboré un modèle quantitatif pour prédire les flux migratoires et les transferts de migrants. Concernant les flux migratoires, quelles sont les perspectives ?

Frédéric Docquier : Le modèle proposé porte sur 195 pays et couvre l’économie mondiale sur la période 2000-2100. Le scénario de base extrapole les tendances des 30 dernières années et suppose une hausse importante du niveau moyen de productivité des facteurs pour les BRICS (passant de 30% à 87% du niveau des Etats-Unis). La part de la Chine et de l’Inde dans le revenu mondial agrégé augmenterait ainsi de 17,1% à 45,7% au cours du 21ème siècle. En revanche, pour l’Afrique subsaharienne, il table sur une baisse de la productivité relative (de 23,6 à 15,6% du niveau américain). En d’autres termes, ce scénario prévoit que la croissance sera plus forte dans les BRICS et moins forte en Afrique subsaharienne que dans les pays riches.Dans ce scénario, la part de l’Afrique dans la population adulte passerait de 7,1% en 2000 à 20,4% en 2100, tandis que les parts de l’Union européenne, de la Chine et de l’Inde chuteraient. Dans l’hypothèse de politiques d’immigration inchangées, la proportion moyenne d’adultes migrants dans le monde passerait de 3,5% à 4,5% au 21ème siècle. Mais ce taux masque de fortes disparités selon les régions. Les États-Unis, le Japon, la Suisse, l’Afrique du Sud, le Canada et l’Australie devraient connaître une légère baisse de l’immigration. Le décollage de la Chine ou de l’Inde, pays d’émigration dans le passé, réduira la pression migratoire vers ces pays.En revanche, l’Europe et les pays émergents devraient voir le taux d’immigration augmenter massivement. Dans l’Europe des 15, notamment, le taux d’immigration sera 2,3 fois plus fort en 2100 qu’en 2000. Car côté demande, l’Europe pourrait devenir plus attractive, en raison de la convergence dans la productivité totale des facteurs et du revenu avec les Etats-Unis. Plus important du côté de l’offre, la hausse des disparités de revenus avec l’Afrique subsaharienne et la région MENA augmentera la pression pour migrer en Europe. Dans tous les scénarios, la fuite des cerveaux d’Afrique et de la région MENA est attendue à la hausse.

Ferdi : Quelles conséquences sur les transferts ?

Frédéric Docquier : Dans l’hypothèse maximaliste d’une propension constante à transférer, le ratio de transferts rapporté au PIB augmenterait de 2,2% à 12,6% dans les pays à bas revenus et de 2,5% à 8% dans les PMA. En moyenne, le ratio sera multiplié entre 2 et 2,5 dans toutes les régions en développement, sauf en Amérique latine et aux Caraïbes où il stagne. Si le taux de transfert diminue avec l’émigration (comme suggéré dans les études empiriques), ce ratio de transferts sur PIB augmenterait de 2.2% à 5.4%.Les transferts vont devenir progressivement une ressource négligeable pour la Chine et l’Inde. Au contraire, le ratio transferts sur PIB va augmenter pour un grand nombre de pays comme le Tadjikistan, le Népal, le Bangladesh, les Philippines, la Jordanie, le Maroc, le Salvador, le Guatemala et même le Mexique. Les transferts resteront une source majeure de financement pour les pays à bas revenus. Et plus qu’auparavant seront une source revitalisante.

Ferdi : Dans quelle mesure, les fonds envoyés par les migrants africains pourraient contribuer au développement du continent ?

Frédéric Docquier : L’effet des transferts sur le développement reste un sujet controversé. Dans la plupart des études empiriques, il est démontré que l’effet sur la croissance est faible ou non significatif. La raison est que les transferts sont majoritairement consommés et non investis dans le capital productif. Toutefois, il est davantage accepté que les transferts des migrants réduisent la pauvreté extrême dans les pays les moins avancés. Si la convergence économique ne s’opère pas entre les pays riches et pauvres (hypothèse retenue dans mon scénario de base), le rôle joué par les transferts internationaux dans la lutte contre la pauvreté extrême sera encore plus important dans les décennies à venir.

Propos recueillis par Christelle Marot